MISE A JOUR DU 21 SEPTEMBRE 2018

SITE PHOTOGRAPHIQUE

Paysage de Vinales (CUBA)

 

"Une photographie, c'est un fragment de temps qui ne reviendra pas"

                                                                                     de Martine FRANCK (1938-2012)

 

En 1964, repérée par Ariane Mnouchkine, elle devient la photographe officielle du Théâtre du Soleil. Après avoir épousé Henri Cartier-Bresson en 1970, elle se focalise notamment sur les portraits d'artistes et d'écrivains et produit également quelques séries pour le magazine féminin Vogue. En 1983, elle réalise une mission pour le ministère français des droits de la femme et rejoint la même année l'agence Magnum Photos.

 

Nouvelle actualisation de mon site suite à mon voyage à CUBA... Celle-ci n'est pas simple, vue le nombre de photos  réalisées (près de 1400) et conservées (un peu moins de 1000). Le choix a. été cornélien, le site n'étant pas extensible à volonté...J'ai aussi utilisé les photos des amis qui sont partis avec moi., surtout pour La Havane. Leurs photos complètent bien les miennes. Ils ont tous deux un canon 6D.

Cette actualisation se fera en trois étapes :

  1. la première : de La Havane,  Santa Clara, Camaguëy à Sancti Spiritus
  2. la seconde : de Trinidad à cienfuegos
  3. et la dernière : de Playa Larga à Vinales
 

 

 

 

Je suis parti à Cuba 16 jours pleins avec deux couples d'amis, du 6 au 24 février. Le   voyage est organisé pour nous, par l'agence Marco Vasco. Nous logeons dans les "casas particulares" et circulons sur l'île avec un véhicule loué (un Peugeot expert). Je décline l'itinéraire sur la carte présentée : La Havane, Santa Clara, Camagüey, Sancti Spiritus, Trinidad, Cienfuegos, Playa Larga, Vinales, Soroa et de retour à La Havane.

Il est difficile de comparer ce voyage avec celui du Pérou ou de l'Inde. A Cuba, nous faisons en continu des allers-retours entre le monde actuel et les années 50-60. C'est assez étonnant. Depuis l'arrivée au pouvoir de Raoul CASTRO en 2010, la libéralisation, même si elle est modeste, crée un changement révolutionnaire où l'avenir reste incertain. Les jeunes générations n'ont pas connu la révolution et sont demandeurs de liberté qui arrivent au compte goutte. L'élection du nouveau Président, Miguel DIAZ-CANEL donnera le "la" pour la suite des évènements... Dans l'immédiat, il n'a pas proposé de programme.

Les cubains vivent de rien (carte de rationnement), du marché noir, du bricolage, de la débrouillardise, de la solidarité familiale... Je les ai trouvé accueillants, même si la notion d'argent prend de la place, ce qui peut tout à fait s'entendre, vu ce qu'ils gagnent (environ  +/- 30 € mensuels en moyenne pour les plus chanceux)... Nous nous sommes jamais senti en insécurité que ce soit à La Havane même ou les autres villes de passage. Les gens ne sont pas stressés. Pour aller au travail, ils font beaucoup de l'auto stop avec un ou plusieurs billets en pésos à la main pour leur participation au transport.

Je pense que la révolution cubaine avec Castro a été bénéfique dans quelques domaines (travail, éducation, santé...) même si elle n'est pas acceptable sur d'autres points ( le régime didactorial avec toutes ses dérives...).

 

SECONDE PARTIE DU SEJOUR  :  

 TRINIDAD  ET  CIENFUEGOS

TRINIDAD

 

 

La ville de Trinidad est reconnue Monument historique national en 1965 et inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco en 1988. Elle fête ses 500 ans en 2014. Sa population actuelle approche les 55 000 habitants.
Ce fut un moment clé de notre séjour. Nous y sommes restés 3 jours et je ne l'ai pas regretté. C'est un véritable bijou. Son seul défaut c'est le nombre croissant de touristes mais c'est sa survie dans le même temps. La période du commerce du sucre ou des esclaves du 17ème au 18ème siècle est terminée. Les bâtiments présents sur la "Plaza Mayor" témoignent de la richesse des propriétaires de l'époque.
La ville a su préserver son aspect d'autrefois grâce à une période d'isolement de 1850 à 1950 et ainsi n'a rien perdu de son charme colonial. Les rues pavées et les maisons aux couleurs pastel contribuent à donner l'impression que le temps s'est arrêté depuis l'époque coloniale. Que de beaux souvenirs visuels (et aussi photographiques) je ramène de ce passage où nous avons arpenté régulièrement les ruelles...

Avec Vinales, c'est le lieu où j'ai pris le plus de photos. Je n'en retiens seulement quelques unes. Très dur de faire le tri....

 

 

 

Dans une hacienda où nous avons mangé un demi-poulet chacun... , poulet qui s'est fait attendre plus de 2 heures...

A Trinidad, les vélos côtoient les chevaux...

Une ruelle de Trinidad qui représente bien la vie à Cuba...

Dans une grande rue de la ville de Trinidad...

Les groupes de musiciens ne manquent pas ...

Que fait cet homme ? Il fait prendre l'air à son oiseau en cage. Ce n'est pas le premier que nous rencontrions.

Sur le pas d'une porte...

Une ruelle de Trinidad sans touriste...

Sur le site de "San Isidro de los destiladeros "dans la vallée de "los ingenios" près de Trinidad...

CIENFUEGOS

Cienfuegos est une ville moderne et magnifique (170 000 habitants) que j'ai beaucoup appréciée. Son port a été construit par un français Louis de Clouet, accompagné d'une quarantaine de familles originaires de Bordeaux et de La Nouvelle-Orléans qui ont été contraints de quitter La Louisiane au lendemain de sa cession par la France aux Etats-Unis. C'est en avril 1819 que ces colons fondent la ville "Fernandina de Jagua" rebaptisée 10 ans plus tard "Cienfuegos" en l'honneur d'un gouverneur espagnol. Ce dernier avait incité les familles françaises à s'installer dans cette région à forte densité africaine afin de rétablir la proportion de Blancs. A leur arrivée la ville connait une discrimination raciale sévère, obligeant les populations noire et blanche à marcher sur des trottoirs différents sur l'artère principale de la ville.
Cienfuegos connait un développement fulgurant grâce aux succès économiques des colons français avec le négoce du sucre. A savoir que la seule centrale nucléaire du pays est implantée à Cienfuegos et qu'elle n'a jamais été terminée suite à la chute du bloc socialiste.

La ville est classée au patrimoine mondiale par 'Unesco en 2005.

Dernier lot de photos pour Cienfuegos. Nous avons été visité le musée de la marine qui se trouve un peu à l'écart du centre ville historique. Bien que nous étions sur des horaires d'ouverture, il était fermé. Les dames nous ont ouvert... nous étions certainement les premiers touristes de la journée. A chaque salle visitée, nous avions une dame différente. Il faut bien s'occuper..

Suite à Cienfuegos, nous avons été dans la réserve de Guanaroca., surtout une réserve d'oiseaux. Je n'ai pas vu de crocodiles; dommage... Beaucoup de photos avec mon 70-300 mm de Canon... Beaucoup de déchets mais quand même, j'ai quelques photos intéressantes.

Le "Malecon" de Cienfuegos

L'arc de triomphe commémore l'indépendance de l'île en 1902

Au fond, la cathédrale de "la Purisima Conception"

Le musée de la marine

Une ruelle près du musée de la marine

Sur le Malecon de Cienfuegos...

PREMIERE PARTIE DU SEJOUR  :  

 LA HAVANE, SANTA CLARA, CAMAGEY ET SANCTI SPIRITUS

LA  HAVANE

 

La Havane est la capitale et le centre économique de Cuba. Cette ville portuaire est aussi l'une des quinze provinces cubaines. La ville / province compte 2,4 millions d'habitants tandis que l'agglomération en compte plus de 3,7 millions, ce qui fait de La Havane la plus grande ville des Caraïbes. Elle s'étend sur plus de 720 km².

Notre "casas particulares" se trouve dans la "HABANA VIEJA" à côté de la "Plaza vieja".  Nous sommes de suite entrés dans le vif du sujet le lendemain de notre arrivée avec une visite guidée de la ville et un guide parlant le français.

La HABANA est une ville étonnante et moderne où se côtoient des maisons délabrées, rénovées ou en cours de rénovation. Nous avons fait un tour dans ces voitures américaines d'une autre époque dont certaines peuvent valoir plus de 40 000 €. Les cubains n'ont plus le droit de les exporter. Elles sont le patrimoine national. Elles sont souvent dans un état plus que  limite... Les moteurs d'origine rafistolés sont parfois remplacés par des moteurs Fiat. Avec le guide, nous avons batifolé dans les ruelles de la "HABANA VIEJA" tout en prenant le temps de gouter du rhum et de fumer un cigare.

Le voyage dans un car panoramique, le lendemain, nous a permis de découvrir à la fois la ville sous un autre angle et aussi faire un second passage sur le fameux boulevard "Le Malecon" qui fait près de 8 kms. Dire que c'est magnifique, ce serait bien exagéré. Nous sommes retournés le soir admirer le coucher du soleil.

 

L'une des Cadillac qui nous a promenés dans la Havane...

Calèches, voitures américaines, voitures modernes se côtoient à La Havane...

Le char se trouve au pied du musée de la révolution...

Sur la "Plaza de  la révolucion" et devant le mémorial José Marti se regroupent les voitures américaines au plus grand plaisir des touristes.

Autour de la "Plaza  de la révolucion" se retrouvent tous les ministères de l'état cubain.

Sur la place de la cathédrale, cette mamma  cubaine fait son cinéma pour récolter quelques pésos ou CUC (monnaie des touristes).

Pour utiliser le diaporama, cliquez dans un premier temps sur l'une des photos puis sur l'une des flèches soit pour avancer la photo suivante soit actionner le diaporama avec celle du bas.

SECONDE ETAPE   :    SANTA CLARA

 

 

C'est la ville d'Ernest Che Guevara. C'est lui qui précipita la chute du dictateur Batista suite à l'attaque du train blindé. Il repose ici depuis que son corps a été rapatrié de Bolivie après avoir été découvert dans une fosse commune en 1997.

Un mémorial a été érigé à sa mémoire... Entre ce mémorial, le train blindé et s'intéresser à ce sanguinaire personnage, il n'y a pas grand chose à voir dans cette ville de 250 000 habitants (quand même)... Nous n'avons pu visiter le musée le concernant, il ne fallait avoir aucun appareil photo, aucune bourse extérieur ou sac... Etonnant !!!!!!

 

Mémorial du Ché

 

Le fameux train blindé repris au dictateur Baptista qui a permis au Che de faire avancer la victoire finale...

Le Che est présent partout...

TROISIEME ETAPE   :    CAMAGUEY

Camagüey, troisième ville de Cuba, 325 000 habitants lui vaut le surnom de "Cité des églises" avec une vingtaine d'édifices religieux. J'ai beaucoup appréciée cette ville que nous avons visité en cyclotaxi, découvrant nombre de petites places avec leur église : un beau patrimoine !

 

Nous avons trouvé ce type de statue en fonte sur tout le territoire de Cuba et particulièrement à La Havane.

QUATRIEME  ETAPE  :    SANCTI SPIRITUS

Sancti Spiritus, une petite ville de 130 000 habitants très agréable à visiter. De l'époque coloniale, elle a conservé un joli centre ancien où nous avons eu plaisir à déambuler... particulièrement dans le quartier "Barrio San Juan" qui s'étendait pas très loin de notre "casas particulares".

Le long du fleuve Yayabo qui traverse la ville de Sancti Spiritus

Dans le quartier de San Juan

Place Sérafin Sanchez

Les petits métiers...